Danse!

Danse, au réveil sous la douche, en hurlant comme une forcenée à travers les gouttes, tentant de suivre le son de l’enceinte bien trop lointaine pour espérer une synchronisation et prenant garde de ne pas glisser sur le sol flottant et mousseux. Tu choisis la soul pour les envolées lyriques, le reggae pour piétiner sans forcer, le hip-hop pour la confiance, l’electro pour t’envoyer en énergie.

Danse, discrètement, dans le tram, les écouteurs dans les oreilles; des mouvements à peine perceptibles que tu peines à étouffer, te permettant parfois une petite échappée. Le regard en coin de cette vieille dame calme tes ardeurs spontanées, et pourtant tu ne peux t’empêcher, la musique reprend de plus belle, et l’ouverture finale des portes t’autorise un petit slide pour sortir avec style.

Danse, le soir, sur les parquets usés et ré-usés, usés-bis, usés en cascades, sauts, glissages, tours, martèlements. Des défilés de centaines et des milliers de pieds et de baskets, serviettes, casquettes, répètes. Répète, encore et encore, dans ce festival de muscles et de sueur, ce n’est pas assez, tu peux faire mieux, recommence, presque… Cet effort harassant et délicieux à la fois. Il fait nuit en sortant, et tout le monde est immobile dans son canapé.

F1000004F1000005

Danse sur scène, aveuglée par les projecteurs et les paires d’yeux familiers ou inconnus de spectateurs en attente. C’est maintenant le grand jour, après tant d’heures de répétitions, création, fous rires nerveux, bleus, douleurs, le rideau va s’ouvrir et ton coeur va se noyer dans l’adrénaline du trac et du dépassement de soi. Comme ces instants passent en un éclair! La scène, quelle apogée ingrate.

F1000013 (3)

Danse, dans la rue, sans honte, pour célébrer la joie, malgré le regard des passants et la bienséance contenue des corps en costume-cravate et mallette trop petite. Lance tes bras, tes jambes, tourne et virevolte, facile, fais fi des figures gênées et faces filandreuses, la félicité ficelle tes folies fantasques.

This slideshow requires JavaScript.

Danse pour te mesurer, t’éprouver, transformer des émotions en mouvements et tes rages en sueur, transmettre ta joie et tes passions, sublimer l’horreur ou révéler l’espoir.

F1000021

Danse sans fin, pour lâcher prise et fêter une semaine trop longue, devant un mur immense et une marée de bras en l’air. Danse, en transe, d’un pied sur l’autre, le sourire imprimé aux coins béats de tes lèvres, les yeux au ciel. Il n’y a plus rien à contrôler, la musique a pris possession de ton corps et le fait bouger en rythme; pourtant tu ne t’es jamais sentie aussi libre… Dans ces nuits sans fin à t’envoler et communier avec le son.

Danse contre lui, laisse aller, suis l’échange à fleur de peau, la transmutation de la matière en énergie. Ecoute, donne, reçois, sens le souffle et la pulpe des doigts, la caresse et les pauses. Danse et joue, danse en jeu, amuse-toi, la muse est là.

Danse avec lui, avec elle, avec eux, pour partager notre humanité en mouvement, danse en ronde, en duo, en trio, en méli-mélo. Danse pieds nus dans l’herbe autour du feu, sur le sable, danse à la belle étoile et en plein jour, danse et ne t’arrête jamais. Les mains se tiennent, les tissus volent, les rires éclatent. On n’arrête pas une âme qui danse.

F1020010

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s